Home / Accueil

La chronologie de la guerre de 1812 - D'octobre 1812 à décembre 1812

Chronologie PDF


D'octobre 1812 à décembre 1812

Octobre 1812 

Le Corps des voyageurs canadiens est levé dans le Bas-Canada.

Bien qu'il existe un service de transbordement des marchandises bien établi entre Montréal et les Grands Lacs, le Corps de Voyageurs canadien est levé pour militariser ce réseau essentiel et le protéger contre une éventuelle attaque des Américains. Le corps est composé de « voyageurs », des canoteurs expérimentés dont la plupart sont au service de la Compagnie du Nord-Ouest et sous le commandement de dirigeants de la compagnie comme William McGillivray.  Les voyageurs, qui refusent de se conformer au mode de vie militaire, sont loin de correspondre à l'idéal du soldat, mais ce sont des hommes robustes, habitués au grand air, qui connaissent à fond la géographie de la région. Basés à Lachine, dans le Bas-Canada, ils combattent à Saint-Régis et servent dans des postes militaires plus à l'ouest comme le fort Mackinac. Le corps est démantelé en mars 1813 et relevé sous le nom de Provincial Commissariat Voyageurs.

 

Arrivée de renforts britanniques à Québec : le 2e bataillon du 89e régiment.

 

On commence la construction du complexe militaire de Chambly, dans le Bas-Canada.

Le fort Chambly sert à la défense de la colonie lors de plusieurs conflits au XVIIe et XVIIIe siècles. Pendant la guerre de 1812, ce fort de pierre, érigé à partir de 1709 pour remplacer une fortification en bois, fait partie d'un vaste complexe militaire comprenant plusieurs dizaines de bâtiments tous construits dans la commune de 1709, notamment le logement des officiers, des écuries et des casernes pour la cavalerie, l'infanterie et l'artillerie. Ce poste ainsi que les bâtiments et ouvrages défensifs de Lacolle , de l'Île‑aux‑Noix , de Saint-Jean, de Blairfindie et de La Prairie, défendent plusieurs routes stratégiques pouvant servir à l'invasion du Bas-Canada à partir de l'État de New York. Situé au bord de la rivière Richelieu et au cœur d'un réseau routier, le fort Chambly est un quartier général britannique où les troupes peuvent être mobilisées et envoyées rapidement aux autres postes le long de la frontière de Montréal.

4 octobre 1812

Un raid est lancé sur Ogdensburg, dans l'État de New York. En représailles à l'incursion du 21 septembre sur Gananoque, dans le Haut-Canada, des troupes britanniques et canadiennes attaquent Ogdensburg, mais sont repoussées.

6 octobre 1812

Le commodore Isaac Chauncey arrive à Sackets Harbor, dans l'État de New York, et commence à préparer le renforcement des installations navales américaines sur les Grands Lacs afin de rivaliser avec les Britanniques pour la suprématie navale.

9 octobre 1812

Une expédition de la marine américaine, dirigée par le lieutenant Jesse Elliot, capture les navires de la marine provinciale Detroit et Caledonia sur le lac Érié, près de Buffalo dans l'État de New York. 

12 octobre 1812

Le drapeau blanc des Britanniques est la cible de coups de feu à Queenston, dans le Haut-Canada. Le major Thomas Evans repère des bateaux américains sur la rivière Niagara.

13 octobre 1812

Bataille des Hauteurs de Queenston, dans le Haut-Canada. 

Avant l'aube, des forces américaines commandées par le major-général Stephen Van Rensselaer traversent la rivière Niagara en vue d'attaquer le village de Queenston. D'abord immobilisée sur la plage de débarquement, une petite troupe sous les ordres du capitaine John Wool réussit à escalader l'escarpement et à s'emparer de la batterie du redan. Le major-général britannique Isaac Brock est tué tandis qu'il mène une attaque pour reprendre les hauteurs de Queenston. Son aide de camp, John Macdonell, tombe à son tour lors de la seconde charge. Des guerriers de Premières nations alliées dirigés par John Norton passent à l'attaque : leurs cris de guerre convainquent les miliciens américains postés sur la rive opposée de ne pas traverser la rivière. Le major-général Roger Hale Sheaffe gagne finalement la bataille grâce à des renforts arrivés du fort George et de Chippawa. Cette bataille, qui s'avère un désastre pour les États-Unis, inspire les troupes britanniques, mais la perte du dynamique major-général Brock leur porte tout de même un dur coup. 

 

Un duel d'artillerie éclate entre le fort George, dans le Haut-Canada, et le fort Niagara, dans l'État de New York. La poudrière du fort George est touchée, mais le capitaine Henry Vigoreux des Royal Engineers réussit à empêcher sa destruction. Une pluie d'obus à balles britanniques s'abat sur les occupants du fort Niagara.

 

Le gouvernement britannique promulgue un décret permettant le commerce de certains articles autorisés avec des citoyens américains dans les ports de Halifax en Nouvelle-Écosse ainsi que de Saint John et de St. Andrews au Nouveau-Brunswick.

Le lieutenant-gouverneur sir John Coape Sherbrooke, conscient que la région dépend de façon alarmante des provisions américaines, est en partie à l'origine du décret britannique. Toutefois, les Britanniques eux-mêmes doivent nourrir leurs forces armées en Europe et en Amérique du Nord, et Napoléon a réussi à perturber leurs lignes d'approvisionnement navales habituelles. Les prix étant élevés, les propriétaires de navire de la Nouvelle-Angleterre n'hésitent pas à tromper ou à soudoyer les douaniers américains afin de vendre leurs marchandises aux commerçants autorisés. Ainsi, les équipages de la Royal Navy qui exercent le blocus des côtes américaines au Sud de la Nouvelle‑Angleterre sont ravitaillés en pain et en bœuf américains, tandis que leurs bâtiments sont  maintenus à flot grâce à du brai et à du goudron fabriqués aux États-Unis. Sherbrooke affirmera plus tard que ce commerce autorisé a davantage contribué à la sécurité des Britanniques que n'aurait pu le faire une force supplémentaire de plusieurs milliers d'hommes.

 

Le lieutenant Thomas Macdonough arrive à Whitehall, dans l'État de New York, pour prendre le commandement des navires américains sur le lac Champlain.

16 octobre 1812

Le major-général Isaac Brock et son aide de camp provincial John Macdonell sont enterrés.

Après sa mort à la bataille des Hauteurs de Queenston, la dépouille du major-général Isaac Brock est exposée en chapelle ardente à la résidence du gouverneur général à Niagara, dans le Haut-Canada. Le 16 octobre, un cortège funéraire transporte avec solennité Brock et son aide de camp, le lieutenant‑colonel John Macdonell, jusqu'au fort George, où ils sont inhumés. La musique militaire du 41e régiment joue une marche funèbre, les tambours voilés de noir. Des soldats britanniques, des miliciens et des Amérindiens participent à la cérémonie, alignés tout au long de la route depuis la résidence du gouverneur jusqu'au fort. Lorsque les Britanniques tirent une salve de 21 coups de canon en l'honneur des défunts, les Américains au fort Niagara font de même pour saluer la bravoure de leur ennemi.

18 octobre 1812  

L'USS Wasp capture le HMS Frolic au nord des Bermudes. Plus tard dans la journée, le HMS Poictiers s'empare des deux navires.

23 octobre 1812  

Des milices américaines lancent une attaque-surprise sur le poste britannique de Saint-Régis (Akwesasne), dans le Bas-Canada.

À cheval sur la frontière internationale le long du Saint-Laurent, la communauté d'Akwesasne, dans le Bas-Canada, est divisée par la guerre entre les Américains et les Britanniques qui veulent tous deux s'assurer la loyauté des Mohawks. En partie dans le but de s'assurer la loyauté des Premières nations, la Couronne place en garnison dans le poste un détachement de Voyageurs canadiens. Ceux-ci sont la cible d'une attaque des miliciens américains du poste de French Mills situé tout près dans l'État de New York. Les Américains tuent huit Voyageurs, font une quarantaine de prisonniers, puis ils pillent les magasins et volent les cadeaux destinés aux Autochtones. En revanche, un contingent de miliciens britanniques et de guerriers autochtones reprend le poste en novembre 1813 et le conserve jusqu'à la fin de la guerre. En conséquence de l'attaque initiale, bien des guerriers autochtones choisissent de se ranger du côté des Britanniques.

25 octobre 1812

L'USS United States défait le HMS Macedonian à l'ouest des îles Canaries.

Novembre 1812 

Des troupes américaines commandées par le major-général Henry Dearborn amorcent leur marche sur Montréal depuis Plattsburgh, dans l'État de New York.

 

Les Voltigeurs canadiens et 300 Amérindiens de Kahnawake (Caughnawaga), sous le commandement du lieutenant-colonel Charles de Salaberry, marchent sur Lacolle, dans le Bas-Canada, à la rencontre de l'armée du major-général Henry Dearborn.

10 novembre 1812

Fuite du HMS Royal George. L'escadron du commodore américain Isaac Chauncey pourchasse le Royal George jusque dans le port de Kingston, dans le Haut-Canada.

Parti de Sackets Harbor, dans l'État de New York, l'escadron naval du commodore Isaac Chauncey tombe sur le HMS Royal George et le pourchasse jusque dans le port de Kingston, échangeant des coups de feu avec le vaisseau britannique et plusieurs batteries installées sur la rive. À la suite de la confrontation, qui permet à Chauncey de capturer plusieurs navires précieux, le commodore américain, confiant, rapporte à ses supérieurs que ses navires ont maintenant la mainmise sur le lac Ontario. Cet affrontement, première bataille d'importance sur le lac Ontario et unique combat à avoir lieu à Kingston pendant la guerre, met en lumière la puissance navale des États-Unis. En conséquence, les Britanniques consolident leurs installations navales à Kingston en confiant le commandement de la marine provinciale à la Royal Navy, en construisant d'autres navires de guerre au chantier naval et en renforçant les ouvrages défensifs de la ville.

13 novembre 1812

Un sous-officier du 104e régiment, en poste à St. Andrews au Nouveau-Brunswick, commence à entraîner la milice locale dans le cadre d'exercices militaires.

14 novembre 1812

Le capitaine Gustavus Nicolls des Royal Engineers présente au lieutenant‑gouverneur sir John Coape Sherbrooke un rapport comprenant des recommandations sur la défense du Nouveau-Brunswick.

Le rapport du capitaine Gustavus Nicolls, le Royal Engineer en chef à Halifax, souligne l'importance du fleuve Saint-Jean et de la ville de Saint John. Le fleuve est une voie de communication essentielle vers les Canadas en hiver. De plus, un ennemi qui réussirait à s'en emparer pourrait constituer une menace terrestre pour la Nouvelle‑Écosse. Nicolls est impressionné par la position avantageuse qu'occupe Saint John à l'embouchure du fleuve, écrivant que cette ville est la clé de la province, et qu'il est donc important de la protéger du mieux possible. Il recommande l'amélioration des ouvrages défensifs protégeant la ville contre une attaque terrestre de l'ouest, selon lui le côté le plus vulnérable, ce qui donne lieu à la construction de ce qu'on appelle aujourd'hui le lieu historique national de la Tour‑Martello-de-Carleton .

20 novembre 1812

Première bataille de la Rivière Lacolle, dans le Bas-Canada. L'avant-garde de l'armée du major-général Henry Dearborn traverse la frontière près de Champlain, dans l'État de New York.

Prévoyant marcher sur le Bas-Canada et prendre Montréal, le major général américain Henry Dearborn rassemble à Plattsburg de 5 000 à 6 000 soldats et miliciens en vue d'une attaque. Le lendemain de son arrivée à Champlain, New York, le 19 novembre, son armée passe à l'attaque à Lacolle et s'empare d'un blockhaus britannique aux mains d'une petite troupe de miliciens canadiens et de guerriers autochtones. Dans la confusion de la bataille, certains des soldats de l'avant-garde américaine tombent sous le feu de leurs frères d'armes. Le lieutenant-colonel Charles-Michel de Salaberry arrive bientôt en renfort avec des contingents de Voltigeurs et de guerriers des Premières nations, et repousse l'envahisseur. Les Américains battent en retraite dans leurs quartiers d'hiver à Plattsburg. Une deuxième attaque a lieu à Lacolle en 1814.

21 novembre 1812

Des duels d'artillerie ont lieu le long de la rivière Niagara entre le fort George dans le Haut-Canada et le fort Niagara dans l'État de New York, ainsi qu'entre le fort Érié dans le Haut-Canada et les batteries américaines installées à Black Rock dans l'État de New York.

22 novembre 1812

Le HMS Southampton du capitaine sir James Lucas Yeo défait l'USS Vixen au large de la Géorgie. Yeo commandera plus tard les forces navales britanniques sur le lac Ontario.

23 novembre 1812

Une force combinée de soldats britanniques, de miliciens canadiens et d'Amérindiens d'Akwesasne remporte la victoire lors d'un raid sur des miliciens américains à French Mills, dans l'État de New York, en représailles à l'attaque-surprise sur Saint-Régis (Akwesasne) le 23 octobre 1812.

28 novembre 1812

Une force d'invasion américaine est repoussée à Frenchman's Creek près du fort Érié, dans le Haut-Canada.

À la suite de la défaite sur les hauteurs de Queenston, le brigadier-général Alexander Smyth prend le commandement des troupes américaines sur la frontière du Niagara. Avant l'aube le 28 novembre, ses hommes débarquent au nord du fort Érié et attaquent les postes britanniques près du ruisseau Frenchman. La première vague d'attaquants est repoussée après d'âpres combats. Smyth annule l'invasion prévue une fois le jour venu. Une seconde tentative échoue deux jours plus tard, ce qui met les troupes américaines en furie : les soldats tirent sur Smyth, qui doit s'enfuir à Buffalo, dans l'État de New York. Il remet sa démission. On se souviendra de Smyth pour ses déclarations grandiloquentes ainsi que pour le manuel d'exercices militaires utilisé par l'armée américaine pendant la guerre, dont il est l'auteur.

Décembre 1812

Le major-général George Stracey Smyth met en service un second chasseur de corsaires dans la baie de Fundy, la goélette armée Hunter.

5 décembre 1812

Le HMS Plumper sombre après avoir heurté un haut-fond près de la pointe Lepreau dans la baie de Fundy, ce qui coûte la vie à 42 passagers et membres d'équipage.

17 et
18 décembre 1812        

Une force amérindienne défait les troupes du colonel américain John B. Campbell lors de la bataille de Mississinewa, dans le territoire de l'Indiana.

29 décembre 1812

Au large de la côte du Brésil, l'USS Constitution s'empare du HMS Java après un dur combat. 

 

← Précédent    |    Suivant →

Chronologie de la guerre de 1812


Section 1 : De 1775 à novembre 1811
Section 2 : De janvier 1812 à juin 1812
Section 3 : De juillet 1812 à septembre 1812
Section 4 : D'octobre 1812 à décembre 1812
Section 5 : De janvier 1813 à mars 1813
Section 6 : D'avril 1813 à juin 1813
Section 7 : De juillet 1813 à septembre 1813
Section 8 : D'octobre 1813 à décembre 1813
Section 9 : De janvier 1814 à mars 1814
Section 10 : D'avril 1814 à juin 1814
Section 11 : De juillet 1814 à décembre 1814
Section 12 : De janvier 1815 à 1871

Site web officiel du Gouvernement du Canada du bicentenaire de la guerre de 1812

LIENS CONNEXES