Home / Accueil

Chronologie de la guerre de 1812 - De juillet 1813 à septembre 1813

Chronologie PDF


De juillet 1813 à septembre 1813

Juillet 1813

On rapporte que les corsaires américains sont « très nombreux dans la baie de Fundy », et que la ville de Saint John au Nouveau-Brunswick « fait l'objet d'un blocus ». Six navires de la Royal Navy quittent Halifax en Nouvelle-Écosse pour se rendre dans la baie.

 

L'escadron britannique du commandant Robert Barclay quitte Amherstburg, dans le Haut-Canada, et patrouille le lac Érié, recueillant des renseignements sur la construction de navires de la marine américaine à Érié, en Pennsylvanie.

5 juillet 1813

Une incursion est lancée contre le fort Schlosser, dans l'État de New York. Des miliciens canadiens commandés par le lieutenant-colonel Thomas Clark s'emparent de provisions militaires à l'extrémité sud de la route de portage américaine contournant les chutes Niagara.

8 juillet 1813

Des combats ont lieu à Butler's Farm, dans le Haut-Canada. 

Le 8 juillet, le lieutenant William Hamilton Merritt mène une expédition fructueuse pour récupérer du matériel médical laissé sur le champ de bataille après la bataille du fort George. Pendant que les Britanniques rassemblent le matériel, des Haudenosaunee (Confédération iroquoise) dirigés par John Norton ainsi que des Mississauga et des Ottawa commandés par le chef Oiseau Noir attaquent des avant-postes des États-Unis. Les Américains utilisent des troupes d'infanterie et de cavalerie pour appuyer leurs hommes. Les combats se déroulent entre les fermes Ball et Butler, à l'ouest de la ville de Niagara. Un détachement américain sous les ordres du lieutenant Joseph C. Eldridge tombe dans une embuscade et perd 20 hommes. Eldridge lui-même est tué : il aurait tiré sur un guerrier amérindien après la reddition des Américains.

11 juillet 1813

Les Britanniques font une incursion à Black Rock, dans l'État de New York.

12 juillet 1813

Des vaisseaux de la Royal Navy attaquent Ocracoke en Caroline du Nord et s'emparent de plusieurs navires américains.

14 juillet 1813      

L'équipage des navires britanniques Contest et Mohawk s'emparent de la goélette américaine Asp le long de la rivière Potomac, et ils y mettent le feu.

17 juillet 1813

Premier rassemblement des Volontaires canadiens au fort George, dans le Haut-Canada.

Le 17 juillet 1813, un petit groupe de traitres canadiens se joint à l'armée américaine au fort George. Les « Volontaires canadiens » sont commandés par Joseph Willcocks, anciennement éditeur d'un journal et membre de l'assemblée législative du Haut-Canada, et comptent parmi leurs rangs deux autres anciens élus de la colonie. Ces hommes joueront un rôle important en tant qu'éclaireurs et guides des envahisseurs, et ils feront régner la terreur parmi leurs anciens voisins à Niagara. Bien que l'unité compte moins de cent membres, elle est très respectée des commandants américains et participe aux batailles qui ont lieu sur la frontière du Niagara jusqu'à la fin de la guerre. Reconnus comme des traitres, les survivants de ce groupe s'installeront aux États-Unis après la guerre et recevront du gouvernement américain une compensation pour leurs pertes.

 

Une escarmouche a lieu à Ball's Farm près de Niagara, dans le Haut-Canada. 

19 juillet 1813      

Sur le cours supérieur du fleuve Saint-Laurent, les corsaires américains Neptune et Fox de Sackets Harbor, dans l'État de New York, capturent un convoi britannique composé de 15 bateaux et de la canonnière Spitfire, mettant la main sur de précieuses provisions militaires. Ils battent en retraite sur le ruisseau Cranberry, dans l'État de New York.

20 juillet 1813      

Dans une tentative pour reprendre les provisions qu'on leur a dérobées la veille, des forces britanniques luttent sans succès contre des corsaires américains sur le ruisseau Cranberry, dans l'État de New York.

 

Le HMS Detroit est inauguré à Amherstburg, dans le Haut-Canada. Ce sloop est le plus grand navire construit par les Britanniques au chantier naval d'Amherstburg.

21 juillet 1813

Arrivée de renforts britanniques à Québec : le HMS Wasp et le commandant Thomas Everard.

Du 21 au 27 juillet 1813

Second siège du fort Meigs, en Ohio. Des forces commandées par le major-général britannique Henry Procter et le chef Shawnee Tecumseh assiègent le fort Meigs, mais leur tentative de s'emparer du poste américain échoue.

22 juillet 1813

Le brick Lord Melville (14 canons) est inauguré par la Royal Navy à Kingston, dans le Haut-Canada. Le navire se joint à l'escadron britannique sur le lac Ontario.

27 juillet 1813      

Bataille de Burnt Corn, dans le territoire du Mississippi. Cet événement est souvent considéré comme le premier combat de la guerre des Creek, un conflit opposant les États-Unis et une faction de la nation Muscogee (Creek) appelée Red Sticks.

29 juillet 1813

Des forces amphibies américaines menées par le colonel Winfield Scott lancent un raid sur Burlington Beach, dans le Haut-Canada. L'auberge King George Inn est détruite. 

 

Les Britanniques mènent une opération navale et terrestre sur la frontière du lac Champlain.

Du 29 juillet au
4 août 1813

Le lieutenant-colonel John Murray et ses troupes britanniques mènent des incursions dans des villages américains autour du lac Champlain à partir de Saint-Jean, dans le Bas-Canada.

30 juillet 1813

Les Britanniques lancent un raid sur Plattsburgh, dans l'État de New York.

31 juillet 1813

La ville de York (Toronto), capitale du Haut-Canada, est occupée pour une seconde fois par les forces amphibies des États-Unis. Les troupes du colonel Winfield Scott détruisent des biens publics et confisquent des provisions militaires britanniques. 

Août 1813             

Le major-général Wade Hampton, commandant de la région du lac Champlain, rassemble et entraîne ses troupes à Burlington, au Vermont.

 

Arrivée de renforts britanniques à Québec : le régiment de Meuron.

2 août 1813

Un assaut est lancé sur le fort Stephenson, à Fremont en Ohio.

Après un second siège infructueux du fort Meigs, qui avait pour but de perturber la mise sur pied de l'armée du Nord-Ouest, les alliés autochtones du major-général Henry Procter insistent pour qu'il attaque le fort Stephenson, un poste américain qui protège la ligne d'approvisionnement du major‑général William Henry Harrison le long de la rivière Sandusky. Procter accepte et lance un assaut contre le fort avec 500 soldats réguliers britanniques et des guerriers amérindiens. Croyant le fort Stephenson indéfendable,  Harrison ordonne au major George Croghan d'évacuer ses 150 soldats, mais Croghan est résolu à défendre son poste. Les hommes de Procter essuient des tirs nourris et subissent de nombreuses pertes avant d'abandonner l'attaque. Croghan est couvert de louanges. Il s'agit de la dernière opération britannique d'importance en Ohio pendant la guerre.

6 août 1813

Dans le cadre de leur blocus de la baie de Chesapeake, les Britanniques occupent l'île Kent, au Maryland, et l'utilise comme zone de transit. L'île deviendra également un lieu de rassemblement pour les esclaves afro-américains en fuite.

7 août 1813           

Les flottes des commodores sir James Lucas Yeo et Isaac Chauncey se rencontrent pour la première fois. Six navires britanniques et 13 navires américains s'échangent des coups de feu près de l'embouchure de la rivière Niagara sur le lac Ontario, mais la victoire reste hors d'atteinte des deux camps, et les dommages sont superficiels.

8 août 1813           

Les goélettes américaines Hamilton et Scourge sont coulées sur le lac Ontario.

Le 7 août 1813, les escadrons du commodore britannique sir James Lucas Yeo et du commodore américain Isaac Chauncey se rencontrent sur le lac Ontario, mais aucun combat n'est engagé. Cette nuit‑là, deux des goélettes américaines naviguant les voiles déployées sont renversées par une violente rafale. Les vaisseaux manquaient de stabilité en raison du poids de leurs canons de fer : ces anciens navires marchands n'avaient pas été conçus pour transporter une telle charge. En quelques minutes seulement, les bâtiments et de nombreux marins sont engloutis par le lac. Bien que 16 hommes aient été sauvés, au moins 52 ont péri avec les goélettes. Il s'agit de la plus importante tragédie humaine à survenir sur les Grands Lacs pendant la guerre. Le Hamilton et le Scourge incarnaient les efforts des Américains pour inclure d'anciennes goélettes commerciales à leur escadron, une stratégie également adoptée par les Britanniques.

10 août 1813         

Les escadrons des commodores sir James Lucas Yeo et Isaac Chauncey s'affrontent à nouveau sur le lac Ontario. Les Britanniques s'emparent de l'USS Julia et de l'USS Growler lorsque ceux-ci sont coupés du reste de la flotte américaine. 

 

Les Britanniques mènent une incursion à St. Michaels au Maryland. Ils s'emparent d'une batterie américaine et la détruisent.

13 août 1813         

Une escarmouche a lieu entre des troupes régulières britanniques, en reconnaissance dans le secteur de l'île Kent, et des miliciens américains qu'ils rencontrent près de Queenston, dans le Maryland.

14 août 1813

Le HMS Pelican capture l'USS Argus au large de la côte du pays de Galles.

 

Des combats ont lieu à Ball's Farm près de Niagara, dans le Haut-Canada. Le brigadier-général américain Peter Porter, des volontaires et leurs alliés amérindiens mènent une lutte fructueuse contre les alliés amérindiens des Britanniques.

17 août 1813

Parti d'Érié, en Pennsylvanie, l'escadron naval du commandant en chef Oliver Hazard Perry se joint à l'armée nord-ouest du major-général William Henry Harrison à Sandusky, en Ohio. Perry envoie des navires en reconnaissance près du chantier naval britannique d'Amherstburg, dans le Haut-Canada.

18 août 1813

L'USS Sylph, équipé de 20 canons, est mis à l'eau à Sackets Harbor, dans l'État de New York.

19 août 1813         

À ce jour, seuls neuf corsaires terre-neuviens ont reçu des lettres de marque. 

Bien que la cour de vice-amirauté de Halifax ait vendu 629 butins légitimes pendant la guerre, seuls 53 prises sont rapportées dans les eaux terre-neuviennes, dont 50 par la Royal Navy. La situation géographique de Terre-Neuve n'explique qu'en partie le faible nombre de demandes faites par les marchands de cette colonie pour obtenir des lettres de marque (moins de 40 en tout). Les victoires remportées par les Britanniques lors de la guerre d'Espagne ont rétabli l'accès aux importants marchés ibériques du poisson salé, et comme les pêcheurs français et américains ont été écartés à partir de 1812, Terre-Neuve jouit d'un monopole presque exclusif dans ce secteur. Ainsi, les exportations de la colonie atteignent des sommets qui ne seront dépassés qu'au milieu du siècle. La révolution industrielle en Grande-Bretagne entraînant également l'expansion de la chasse au phoque, la population de Terre‑Neuve double de 1793 à 1815. Selon l'historien D. W. Prowse, pendant toute la durée de la guerre, Terre-Neuve connaît une période de grande prospérité.

 

Un corps de troupes de l'armée du major-général Wade Hampton traverse la frontière à Odelltown, dans le Bas-Canada.

24 août 1813

Des forces britanniques dirigées par le gouverneur général sir George Prévost attaquent les troupes américaines qui occupent le fort George, dans le Haut-Canada.

30 août 1813

Bataille du Fort Mims, dans le territoire du Mississippi. Des guerriers de la nation Muscogee (Creek) s'emparent du fort et tuent la plupart des membres de la garnison.

Septembre 1813  

Le major-général Louis de Watteville prend le commandement des forces britanniques sur la frontière de Montréal (rivière Richelieu et lac Champlain).

 

Arrivée de renforts britanniques à Québec : le 2e bataillon des Royal Marines.

 

D'importants travaux défensifs sont effectués au fort Saint-Jean, dans le Bas-Canada, et sa capacité en logement militaire est augmentée.

 

Afin de pallier le manque de troupes régulières au fort Mackinac, les Michigan Fencibles sont créés. La troupe est composée principalement de trappeurs et de voyageurs canadiens-français, qui reçoivent le même entraînement, le même uniforme et le même salaire que les soldats réguliers britanniques.

 

La ville de Sandwich dans le Haut-Canada est occupée par des forces américaines. Les expéditions américaines lancées depuis Amherstburg et Sandwich pour obtenir des provisions et combattre l'ennemi ravageront la partie sud-ouest du Haut-Canada jusqu'à la fin de la guerre.

3 septembre 1813

Les Américains incendient et abandonnent le fort Madison, dans ce qui deviendra plus tard le territoire de l'Iowa.

5 septembre 1813

Une bataille entre le HMS Boxer et l'USS Enterprise au large du district du Maine se termine par la capitulation du Boxer.

10 septembre 1813

Bataille du Lac Érié. Le commandant en chef américain Oliver Hazard Perry déclare « Nous avons affronté l'ennemi, et nous l'avons eu » [traduction].

En août 1813, l'escadron du commandant en chef Oliver Hazard Perry a instauré le blocus du lac Érié. Résolu à rétablir la ligne d'approvisionnement britannique, le commandant Robert Barclay quitte Amherstburg, dans le Haut-Canada, à la tête de six navires de guerre pour s'en prendre aux neuf bâtiments de Perry. Les tirs des Britanniques provoquent le naufrage du vaisseau amiral de Perry, l'USS Lawrence, mais le commandant en chef audacieux réussit à se rendre en canot jusqu'à l'USS  Niagara, qui n'est pas endommagé. Lorsque les deux plus importants bâtiments de Barclay se retrouvent enchevêtrés, Perry se rapproche et tire une salve dévastatrice qui force les Britanniques à se rendre. On dénombre 123 victimes parmi les Américains et 135 chez les Britanniques, notamment Barclay, qui a été grièvement blessé, et 38 membres des Royal Newfoundland Fencibles, des soldats d'infanterie de marine. La victoire des Américains consolide leur suprématie sur le secteur supérieur des Grands Lacs et oblige les Britanniques et leurs alliés amérindiens à se retirer de la frontière de la rivière Détroit.

11 septembre 1813

Un combat non décisif a lieu entre les escadrons britannique et américain des commodores sir James Lucas Yeo et Isaac Chauncey sur le lac Ontario, au large de la rivière Genesee dans l'État de New York.

20 septembre 1813               

Des forces britanniques et américaines s'affrontent dans une échauffourée à Odelltown, dans le Bas-Canada. Les Américains se retirent, le major-général Wade Hampton décidant plutôt d'engager ses troupes plus à l'ouest, et il les rassemble à Four Corners dans l'État de New York, en bordure de la rivière Châteauguay.

23 septembre 1813

 

Les Britanniques abandonnent la ville d'Amherstburg, dans le Haut-Canada.

À la suite de la bataille du Lac Érié et de la capitulation de la flotte britannique, les forces alliées stationnées à Amherstburg se retrouvent isolées. Se trouvant dans l'impossibilité d'approvisionner les garnisons britanniques et les alliés amérindiens le long de la rivière Détroit, le major-général Henry Procter fait incendier les avant-postes britanniques et les provisions qui ne peuvent être transportées par les troupes. Il ordonne un repli vers l'est le long de la rivière Thames. Peu après, les troupes américaines du major-général William Henry Harrison, qui ont traversé le lac Érié à bord des navires du commandant en chef Oliver Hazard Perry, commencent à arriver à Amherstburg et se préparent à pourchasser les forces de Procter qui battent en retraite. Les deux camps s'affronteront lors de la bataille de Moraviantown.

 

L'USS President capture le HMS Highflyer au large de la Nouvelle-Angleterre.

27 septembre 1813               

Les forces américaines du major-général William Henry Harrison débarquent à Amherstburg, dans le Haut-Canada. La ville connaîtra la plus longue occupation militaire américaine de la guerre, qui se poursuivra jusqu'au 1er juillet 1815. 

28 septembre 1813

Les escadrons britannique et américain s'attaquent à l'extrémité ouest du lac Ontario, au large de la baie de Burlington. Ce combat sera appelé « les courses de Burlington ». Le navire amiral du commodore sir James Lucas Yeo, le HMS Wolfe, échappe de justesse à la destruction lors d'un duel avec l'USS General Pike.

Automne 1813

Des casernes britanniques sont aménagées à Laprairie, dans le Bas-Canada.

← Précédent    |    Suivant →

Chronologie de la guerre de 1812


Section 1 : De 1775 à novembre 1811
Section 2 : De janvier 1812 à juin 1812
Section 3 : De juillet 1812 à septembre 1812
Section 4 : D'octobre 1812 à décembre 1812
Section 5 : De janvier 1813 à mars 1813
Section 6 : D'avril 1813 à juin 1813
Section 7 : De juillet 1813 à septembre 1813
Section 8 : D'octobre 1813 à décembre 1813
Section 9 : De janvier 1814 à mars 1814
Section 10 : D'avril 1814 à juin 1814
Section 11 : De juillet 1814 à décembre 1814
Section 12 : De janvier 1815 à 1871

Site web officiel du Gouvernement du Canada du bicentenaire de la guerre de 1812

LIENS CONNEXES