Home / Accueil

lieu historique national du Canada du Parc-des-Édifices-du-Parlement

Wellington St., Ottawa, Ontario, Canada

Reconnu formellement en: 1976/11/06

Vue générale de la Flamme du centenaire, en face de l'édifice du Centre, 2010.; Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, Catherine Beaulieu, 2010.
Flamme du centenaire
Vue générale de la terasse surélevée, qui montre le mur de soutènement, le porte-drapeau en pierre et le baie en saillie et les escaliers, situé à l'ouest de l'édifice du Centre, 2010; Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, Jamie Dunn, 2010.
Terasse surélevée
Vue générale du pavillon d'été, situé à l'ouest de la Bibliothèque, 2010.; Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, Catherine Beaulieu, 2010.
Pavillon d'été

Autre nom(s)

Public Grounds of the Parliament Buildings
Parc des Édifices du Parlement
Parliament Hill
Colline du Parlement
lieu historique national du Canada du Parc-des-Édifices-du-Parlement

Liens et documents

Date(s) de construction

1873/01/01 à 1875/01/01

Inscrit au répertoire canadien: 2010/07/07

Énoncé d'importance

Description du lieu patrimonial

Le lieu historique national du Canada du Parc-des-Édifices-du-Parlement est situé bien en vue sur la rue Wellington, en surplomb de la rivière des Outaouais, au centre-ville d’Ottawa, en Ontario. Le lieu comprend les quatre édifices du Parlement (l’édifice du Centre, l’édifice de l’Est, l’édifice de l’Ouest et la Bibliothèque) de même que les jardins qui ceinturent ces édifices. Les terrains avoisinants sont aménagés avec des plates-bandes, des arbres matures, une terrasse surélevée, des voies d’accès, et comptent de nombreux monuments commémoratifs de même que des statues de tailles et de styles variés. Le lieu comprend également plusieurs bâtiments auxiliaires construits récemment derrière l’édifice de l’Ouest. La reconnaissance officielle vise la propriété no 08834, qui comprend l’édifice du Centre, l’édifice de l’Est, l’édifice de l’Ouest, la Bibliothèque de même que les bâtiments auxiliaires situés derrière l’édifice de l’Ouest.

Valeur patrimoniale

Le parc des édifices du Parlement a été désigné lieu historique national du Canada en 1976 parce que :
- il constitue un bon exemple d'aménagement paysager.

Construits selon le style néo-gothique entre 1859 et 1865, les édifices du Parlement furent conçus pour accueillir le gouvernement des provinces unies du Haut et du Bas-Canada. Les édifices furent ainsi occupés pour une toute première fois en 1865 par le nouveau gouvernement, et suite à la confédération en 1867, ils devinrent l’adresse permanente de la Chambre des communes, du Sénat et des bureaux des ministères du nouveau Dominion du Canada. Dans la foulée de ces changements institutionnels, il devint important de faire aménager les terrains avoisinants.

En 1873, le ministère des Travaux publics demanda à Calvert Vaux, paysagiste de renom de New York, un plan d’aménagement des terrains de la colline du Parlement. Remplaçant le projet du designer anglais Marshall Wood, le plan de Vaux est exécuté au cours de la deuxième moitié des années 1870. L’aménagement imaginé par Vaux met en valeur la dénivellation entre l’édifice du Centre et ceux de l’Est et de l’Ouest grâce à une terrasse surélevée comportant des baies en saillie et des escaliers. Trois escaliers relient les deux paliers; de chaque côté, des rampes tournantes mènent à l’entrée principale de l’édifice du Centre. L’aménagement comporte également diverses voies d’accès afin de faire le lien entre les édifices du Parlement et les édifices ministériels. Des petites plates-bandes géométriques, des allées diagonales et une place centrale agrémentée d’une fontaine ornent aussi les pelouses.

Parallèlement aux travaux d’aménagement visant à concrétiser le projet de Calvert Vaux, d’autres travaux ont également été réalisés afin d’aménager des jardins moins classiques ainsi que la Promenade des amoureux au nord des édifices, selon la vision de Thomas Scott, architecte principal du ministère des Travaux publics. Même si on discerne toujours l’aménagement réalisé par Vaux, il a aujourd’hui été en grande partie remplacé par de nouveaux aménagements. Par exemple, la fontaine et les allées diagonales ont disparu, et des arbustes cachent le contour ciselé du mur de soutènement de la terrasse. De plus, quatorze statues supplémentaires ont été élevées dans les jardins depuis l’époque de Vaux. La première statue construite derrière les édifices rendait hommage à sir George-Étienne Cartier; elle a été dévoilée en 1885. S’y sont ajoutées les statues de sir John A. MacDonald, en 1895, ainsi que celles d’Alexander Mackenzie et de la reine Victoria, en 1901. Des allées, des plates-bandes et une maison d’été ornementale ont également été aménagés à l’arrière des édifices au cours des années qui ont suivi, mais les plates-bandes et la maison d’été ont été détruites pour faire place à un parc de stationnement, à l’instar d’une bonne partie de l’aménagement paysager d’origine. Le parc des édifices du Parlement est souvent le théâtre de célébrations nationales et de l’expression de la démocratie.

Sources : Commission des lieux et monuments historiques du Canada, procès-verbaux, novembre 1976; juillet 2007.

Éléments caractéristiques

Les principaux éléments qui donnent au lieu sa valeur patrimoniale sont les suivants:
-son emplacement bien en vue sur la rue Wellington à Ottawa, en Ontario;
-son implantation spectaculaire sur une colline, surplombant la rivière des Outaouais;
-son style pittoresque, sur un terrain de 9 hectares, qui s’élève à partir de la rue Wellington et s’abaisse brusquement derrière la Bibliothèque, où se trouve la falaise boisée qui domine la rivière;
-le caractère classique du paysage, conçu pour intégrer les édifices du Parlement et faire ressortir les différences sur le plan de l’élévation entre l’édifice du Centre et les édifices de l’Est et de l’Ouest, de même que pour créer un espace public s’apparentant à un parc;
-l’intégrité et l’abondance des éléments naturels, notamment les arbres et arbustes matures ainsi que la falaise;
-les éléments paysagers, notamment les vastes pelouses, les jardins classiques et plates-bandes, les arbustes, les allées piétonnières, les luminaires, les clôtures de pierres et de fer forgé, les escaliers et les parcs de stationnement;
-les différentes voies d’accès qui relient les édifices du Parlement et le paysage environnant;
-la conception, l’emplacement et l’état d’origine de la clôture qui délimite le lieu sur la rue Wellington, laquelle est formée par un mur de pierres bas surmonté par une clôture de fer forgé à un seul niveau, ornée de remplage gothique et ponctuée de piliers de pierre espacés régulièrement et décorés d’éléments gothiques (certains sont surmontés de luminaires);
-la Porte de la reine, située en plein centre et alignée avec la Tour de la Paix, conçue selon le style néo-gothique de l'apogée victorienne avec un portail principal de fer forgé à trois niveaux, orné d’arches et de remplage gothique et flanqué de deux piliers de pierres décorés d’éléments gothiques;
-la Flamme du centenaire à son emplacement et dans son état d’origine;
-la conception, l’emplacement et l’état d’origine de la terrasse surélevée, notamment le mur de soutènement de pierres orné de luminaires, les trois séries de baies en saillie et d’escaliers de pierres qui relient les deux paliers, les rampes tournantes qui mènent à l’entrée principale de l’édifice du Centre, ainsi que la terrasse faite d’asphalte et de béton;
-les deux porte-drapeaux identiques faits en pierres et présentant des détails gothiques, situés de chaque côté de la terrasse surélevée;
-le tracé au sol de l’édifice du Centre, l’édifice de l’Est, l’édifice de l’Ouest et la Bibliothèque, à leur emplacement et dans leur état d’origine;
-tous les bâtiments ou structures auxiliaires sur le site, notamment le pavillon des visiteurs situé derrière l’édifice de l’Ouest et le pavillon d’été, fait de bois peint et coiffé d’un toit en cuivre;
-les monuments et statues situés sur le site, à leur emplacement et dans leur état d’origine, notamment les statues de sir Wilfrid Laurier, William Lyon Mackenzie King, sir John A. Macdonald, sir George-Étienne Cartier, Robert Baldwin et sir Louis-Hippolyte Lafontaine, Thomas D’Arcy McGee, George Brown, Alexander Mackenzie, John George Diefenbaker, la reine Elizabeth II, la reine Victoria, Lester Bowles Pearson, sir Robert Laird Borden, les Cinq femmes célèbres, la cloche de la Tour Victoria et le monument commémoratif de la police;
-le tracé au sol, la conception et la composition de la Promenades des amoureux;
-tout élément pouvant subsister de l’aménagement d’origine réalisé par Vaux, notamment les allées diagonales convergeant vers une place circulaire, la fontaine et les petites plates-bandes géométriques;
-toute trace pouvant subsister des allées, des plates-bandes et de la maison d’été qui se trouvaient derrières les édifices;
-le rapport spatial et le lien historique avec les lieux historiques nationaux du Canada de la Colline-du-Parlement, de l’Édifice-Langevin, du Canal-Rideau et de la Place-de-la-Confédération;
-les points de vue qu’offre le lieu sur la rivière des Outaouais.

Reconnaissance

Juridiction

Fédéral

Autorité de reconnaissance

Gouvernement du Canada

Loi habilitante

Loi sur les lieux historiques nationaux

Type de reconnaissance

Lieu historique national du Canada

Date de reconnaissance

1976/11/06

Données sur l'histoire

Date(s) importantes

s/o

Thème - catégorie et type

Exprimer la vie intellectuelle et culturelle
L'architecture et l'aménagement
Gouverner le Canada
Les institutions gouvernementales

Catégorie de fonction / Type de fonction

Actuelle

Historique

Gouvernement
Édifice législatif
Communauté
Espace communautaire
Communauté
Monument commémoratif

Architecte / Concepteur

Thomas Scott

Constructeur

s/o

Informations supplémentaires

Emplacement de la documentation

Direction générale des lieux historiques nationaux, Centre de documentation, 5ième étage, salle 89, 25, rue Eddy, Gatineau, Québec.

Réfère à une collection

Identificateur féd./prov./terr.

470

Statut

Édité

Inscriptions associées

General view

Colline du Parlement, Complexe

Le Complexe parlementaire à Ottawa est formé de quatre pavillons de style néo-gothique qui, ensemble, forment les édifices du Parlement. Entouré par de vastes pelouses et…

RECHERCHE DANS LE RÉPERTOIRE

Recherche avancéeRecherche avancée
Trouver les lieux prochesTROUVER LES LIEUX PROCHES ImprimerIMPRIMER
Lieux proches