Home / Accueil

Lieu historique national du Canada Diefenbunker / siège central du gouvernement d'urgence

3911, chemin Carp, Ottawa, Ontario, K0A, Canada

Reconnu formellement en: 1994/06/05

Diefenbunker; Parks Canada / Parcs Canada, 2000
Photo prise de l'extérieur
Diefenbunker; Parks Canada / Parcs Canada, 2003
Photo prise à l'intérieur
Pas d'image

Autre nom(s)

Lieu historique national du Canada Diefenbunker / siège central du gouvernement d'urgence
Diefenbunker / Central Emergency Government Headquarters
Diefenbunker / siège central du gouvernement d'urgence
Diefenbunker / siège central du gouvernement d'urgence

Liens et documents

Date(s) de construction

1959/01/01 à 1961/01/01

Inscrit au répertoire canadien: 2006/01/13

Énoncé d'importance

Description du lieu patrimonial

Le Lieu historique national du Canada Diefenbunker / siège central du gouvernement d'urgence est un grand bunker souterrain situé à Carp, en Ontario, juste au sud de la Capitale nationale. Il est niché en toute sécurité juste au-dessous du sommet d'une crête naturelle, on ne peut voir de l'extérieur que son tunnel d'entrée en métal et sa baraque en acier, ainsi que le parc d'antennes annexe et la clôture périphérique. Le bunker de Diefenbaker à proprement dit est une structure fortifiée souterraine en béton de quatre étages, dont les entrées d'air, les sorties de ventilation, les trappes de secours, les puits profonds et les étangs d'eaux usées sont dissimulés dans les contours artificiels du paysage environnant. Il est maintenant ouvert au public à titre de Musée canadien de la guerre froide.

Valeur patrimoniale

Le Diefenbunker a été désigné lieu historique national du Canada en 1994 parce que :
- c'est un symbole de la Guerre froide et de la stratégie de dissuasion nucléaire;
- c'est un symbole de la détermination du Canada à survivre en tant que nation après une éventuelle guerre atomique; et
- c'est un rappel tangible et poignant de cette époque, qui a été une des plus cruciales de l'histoire récente.

La valeur patrimoniale du Lieu historique national du Canada Diefenbunker / siège central du gouvernement d'urgence, a trait au fait qu'il illustre concrètement la détermination du Canada à survivre et à fonctionner en tant que nation pendant une attaque nucléaire, comme l'attestent son emplacement, son site dissimulé, sa conception défensive et sa construction très fortifiée. Le Diefenbunker a servi de siège central du gouvernement d'urgence du Canada pendant la Guerre froide. Il a été conçu de 1957 à 1959, puis bâti de 1959 à 1961 par le gouvernement du Canada dans le but d'abriter des politiciens et militaires clés en cas d'attaque nucléaire. De 1961 à 1994, il a servi de noeud du réseau de communications et du système de défense civile. À l'origine, le complexe se composait de deux parties : un bâtiment de transmission situé à Richardson, à 45 km au sud de Carp, et le bâtiment principal de réception situé à Carp même. Le lieu historique national ne se compose que du bâtiment de Carp, que la municipalité de West Carleton possède et exploite à titre de site touristique.

Source : Commission des lieux et monuments historiques du Canada, Procès-verbaux, printemps et automne 1994, mai 1998.

Éléments caractéristiques

Parmi les caractéristiques qui confèrent à ce site sa valeur patrimoniale, notons :
- sa situation à proximité de la Capitale nationale, dans un environnement rural tranquille;
- son site dans une ancienne sablière dont le terrain poreux offre un drainage naturel, et qui présente un approvisionnement naturel en eau;
- les espaces ouverts gazonnés du site;
- l'intégrité du paysage culturel associé au bunker, sur et sous la surface;
- la conception, la taille, les mécanismes et les matériaux du bunker;
- les dimensions, la forme, les matériaux et le profil du tunnel d'entrée à l'épreuve des explosions;
- les proportions et l'invisibilité de son épais toit de béton recouvert de limon argileux;
- les dimensions massives du bunker, avec ses quatre étages souterrains, et sa conception impénétrable;
- sa configuration, en forme de boîte en béton durci encastrée dans une épaisse enveloppe de gravier concassé;
- ses murs extérieurs épais en béton durci, armé de grosses tiges d'acier, et leur technologie de construction;
- les signes de l'utilisation de la technologie d'ingénierie navale, et notamment le socle de béton, les systèmes autosuffisants, les systèmes élaborés d'arrimage, et les trappes de sortie d'urgence;
- l'ingénierie novatrice spéciale manifeste dans ses systèmes utilitaires (approvisionnement intégré en eau naturelle, connexions utilitaires extérieures souples, systèmes CVC indépendants, contrôle électrique et environnemental, approvisionnement en eau et évacuation des eaux usées, détection des radiations et des explosions, détection, contrôle et extinction des incendies, sécurité, manutention de la nourriture et systèmes de traitement des ordures, ainsi que le dédoublement et la redondance voulue de tous ces systèmes);
- la disposition relative, la taille et l'organisation des espaces fonctionnels à l'intérieur de l'édifice (la salle blindée, les bureaux, les salles de réunion, les dortoirs pour 400 personnes, les zones de communications, incluant un studio de la CBC);
- les matériaux, fabriqués à la fin des années 1950 et au début des années 1960, qu'on retrouve dans les accessoires et aménagements intérieurs (linoléum, tuiles en amiante, aluminium, béton);
- les couleurs utilisées pour décorer les espaces intérieurs, qui attestent sa conception intérieure moderniste;
- l'excellent entretien de l'équipement technologique (utilitaire, informatique, et de communication);
- la dissimulation des composantes de service dans le paysage environnant (sorties d'air et bouches d'aération, trappes de secours, portails d'évacuation des eaux torrentielles et du tunnel);
- les éléments non dissimulés dans le paysage (le parc d'antennes, la clôture périphérique, les routes, les stationnements, l'héliplate-forme);
- l'emplacement relatif, les dimensions, la conception, les matériaux, les fonctions et les caractéristiques spéciales des édifices avoisinants associés au fonctionnement du bunker (le poste de garde et l'abri connexe, le garage souterrain, l'abri en fibre de verre des circuits d'accord, la salle blindée souterraine pour les communications);
- les vestiges archéologiques d'édifices, de câbles, de routes, d'antennes et d'étangs d'eaux usées anciennement associés au bunker, dans la zone avoisinante.

Reconnaissance

Juridiction

Fédéral

Autorité de reconnaissance

Gouvernement du Canada

Loi habilitante

Loi sur les lieux historiques nationaux

Type de reconnaissance

Lieu historique national du Canada

Date de reconnaissance

1994/06/05

Données sur l'histoire

Date(s) importantes

1961/01/01 à 1994/01/01

Thème - catégorie et type

Gouverner le Canada
Les institutions gouvernementales
Gouverner le Canada
L'histoire militaire et la défense

Catégorie de fonction / Type de fonction

Actuelle

Historique

Défense
Installation de défense militaire

Architecte / Concepteur

Gouvernement du Canada

Constructeur

s/o

Informations supplémentaires

Emplacement de la documentation

Direction générale des lieux historiques nationaux, Centre de documentation, 5ième étage, salle 89, 25, rue Eddy, Gatineau, Québec

Réfère à une collection

Identificateur féd./prov./terr.

823

Statut

Édité

Inscriptions associées

s/o

RECHERCHE DANS LE RÉPERTOIRE

Recherche avancéeRecherche avancée
Trouver les lieux prochesTROUVER LES LIEUX PROCHES ImprimerIMPRIMER
Lieux proches