Home / Accueil

Lieu historique national du Canada Fort-Charnisay

sur Route 1, Saint John, Nouveau-Brunswick, Canada

Reconnu formellement en: 1923/05/25

Vue de la plaque et du cairn de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada qui marque le site du fort Charnisay, 2006.; Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, Anne Bardou, 2006.
Vue générale
Pas d'image
Pas d'image

Autre nom(s)

Lieu historique national du Canada Fort-Charnisay
Fort Charnisay
Fort Charnisay
Fort St. Jean
Fort Saint-Jean
Fort Menagoueche
Fort Menagoueche
Fort Frederick
Fort Frederick
"Old Fort"
«Vieux fort»
Fort Monckton
Fort Monckton
The Old Forts - Les Vieux forts
The Old Forts - Les Vieux forts

Liens et documents

Date(s) de construction

1645/01/01

Inscrit au répertoire canadien: 2009/08/19

Énoncé d'importance

Description du lieu patrimonial

Le lieu historique national du Canada Fort-Charnisay, dont il ne subsiste aucun vestige apparent, est situé à Saint John, au Nouveau-Brunswick. Entre 1645 et le début du XIXe siècle, on y construit successivement plusieurs forts en raison de sa position stratégique en surplomb de la rivière Saint-Jean, à la limite ouest du port de la ville. Le lieu est marqué d’une plaque et d’un cairn de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada, installés à environ 400 mètres au sud du lieu désigné, sur la rue Market Place. Le tracé au sol du fort est situé près de l’endroit où se trouve aujourd’hui le poste de péage du pont du Port. Au début du XXe siècle, ce site industriel était associé au port de Saint John et au chemin de fer. La reconnaissance officielle renvoie au tracé au sol du fort, y compris les glacis, au moment de la désignation.

Valeur patrimoniale

Le fort Charnisay a été désigné lieu historique national du Canada en 1923 pour les raisons suivantes :
- entre 1645 et 1775, plusieurs forts français et anglais destinés à protéger l'embouchure de la rivière Saint-Jean se sont succédés à cet endroit;
- le premier, un petit fort en bois, y a été construit par le sieur d'Aulnay de Charnisay en 1645;
- en 1698, le gouverneur de Villebon y a fait ériger le fort Saint-Jean, démantelé vers 1700;
- le fort Menagoueche a été construit sur l'emplacement en 1749 et incendié en 1755, pendant la guerre de Sept Ans;
- le fort, reconstruit par le général Monckton en 1758 sous le nom de « fort Frederick », a par la suite été abandonné et finalement incendié par des corsaires américains pendant la guerre de l'Indépendance.

C’est un conflit entre Charles Menou d’Aulnay de Charnisay et Charles de la Tour qui entraîne la construction du fort Charnisay. Charles de la Tour, qui avait construit le fort Sainte-Marie (aussi aussi connu sous le nom de fort La Tour) sur la rive est du port de Saint John en 1631, conteste la nomination de Charnisay en 1632 en tant que lieutenant-colonel du roi en Acadie. Charnisay détruit le fort Sainte Marie au cours d’une attaque en 1645, puis construit le fort Charnisay, un poste de traite fortifié, sur la rive ouest du port.

Joseph Robinau de Villebon fait ériger le fort Saint-Jean, la première installation militaire à cet endroit, pour protéger les colons acadiens des Britanniques. Son successeur, Jacques-François de Monbeton de Brouillan, démolit le fort et s’établit à Port Royal en 1700, car il estime que l’emplacement défensif du fort et ses sources d’eau potable sont inadéquats. Un nouveau fort, appelé Menagoueche, est aménagé en 1749 par le lieutenant Charles Deschamps de Boishébert et de Raffetot, qui a reçu l’ordre de protéger l’embouchure de la rivière Saint-Jean contre les Britanniques. Au début de la guerre de Sept Ans (1756-1763), le fort Menagoueche est détruit lorsque le lieutenant de Boishébert y met le feu, avant de fuir les troupes du colonel britannique Robert Monckton. La forteresse de Louisbourg est alors la seule fortification française qui subsiste en Acadie.

Monckton fait ériger le fort Frederick en 1758. Des corsaires américains le détruisent en 1775, mais le fort est reconstruit une dernière fois pour parer aux attaques qui ont lieu durant la guerre de 1812. Les forts qui ont été construits successivement à cet endroit témoignent des importantes batailles qui se sont déroulées dans la région aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Pendant la majeure partie de la première moitié du XXe siècle, le site prend une vocation industrielle et sert au port et au chemin de fer, jusqu’à ce qu’il laisse place, au milieu des années 1960, au poste de péage du pont du Port, entré en fonction en 1968.

Sources : Commission des lieux et monuments historiques du Canada, Procès-verbal, 1924, 1980.

Éléments caractéristiques

Voici les principaux éléments qui contribuent à la valeur patrimoniale du lieu :
- son emplacement sur la rive ouest du port de Saint John, en surplomb de la rivière Saint Jean;
- son tracé au sol, en lien avec l’île Navy et le port à proximité;
- son emplacement au centre-ville de Saint John, près du pont du Port, à 400 mètres au nord de la plaque de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada, située sur la rue Market Place;
- son emplacement stratégique près de la rivière et du port;
- les vestiges, identifiés et non-identifiés, des différentes périodes du fort (emplacement, étendue et matériaux);
- les plans de vue à partir du lieu sur la rivière Saint-Jean, le port de Saint John et une vaste partie de la ville.

Reconnaissance

Juridiction

Fédéral

Autorité de reconnaissance

Gouvernement du Canada

Loi habilitante

Loi sur les lieux historiques nationaux

Type de reconnaissance

Lieu historique national du Canada

Date de reconnaissance

1923/05/25

Données sur l'histoire

Date(s) importantes

1812/01/01 à 1812/01/01
1645/01/01 à 1775/01/01
1698/01/01 à 1700/01/01
1749/01/01 à 1755/01/01
1758/01/01 à 1758/01/01

Thème - catégorie et type

Économies en développement
Commerce et affaires
Gouverner le Canada
L'histoire militaire et la défense

Catégorie de fonction / Type de fonction

Actuelle

Historique

Défense
Installation de défense militaire

Architecte / Concepteur

s/o

Constructeur

Governeur de Villebon

Informations supplémentaires

Emplacement de la documentation

Direction générale des lieux historiques nationaux, Centre de documentation, 5ième étage, salle 89, 25, rue Eddy, Gatineau, Québec

Réfère à une collection

Identificateur féd./prov./terr.

807

Statut

Édité

Inscriptions associées

s/o

RECHERCHE DANS LE RÉPERTOIRE

Recherche avancéeRecherche avancée
Trouver les lieux prochesTROUVER LES LIEUX PROCHES ImprimerIMPRIMER
Lieux proches