Home / Accueil

Lieu historique national du Canada des Tours-des-Sulpiciens / Fort-de-la-Montagne

2065, rue Sherbrooke ouest, Montréal, Québec, H3H, Canada

Reconnu formellement en: 1970/06/08

Vue générale, qui montre la forme et la volumétrie circulaire des deux tours hautes de 13 mètres.; Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada.
Vue générale
Vue générale, qui montre le toit de forme conique hexagonal couvert de bardeaux de cèdre, et doté d’une croix à son sommet.; Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada.
Vue générale
Vue générale, qui montre les fenêtres et les portes vitrées à carreaux multiples.; Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada.
Vue générale

Autre nom(s)

s/o

Liens et documents

Date(s) de construction

1694/01/01

Inscrit au répertoire canadien: 2009/11/20

Énoncé d'importance

Description du lieu patrimonial

Le lieu historique national du Canada des Tours-des-Sulpiciens / Fort-de-la-Montagne est situé sur la rue Sherbrooke Ouest au centre-ville de Montréal, au Québec. Le site est constitué de deux tours, construites en 1694, qui composaient à l’origine le fort de la Montagne. Ces dernières, d’une hauteur de 13 mètres, sont constituées de deux étages et d’une construction en pierre. Elles possèdent respectivement une entrée et une porte à quatre carreaux vitrés du côté nord, au-dessus de laquelle se trouve une fenêtre à multiples pans vitrés. Chacun des toits, de forme conique hexagonal, est doté d’une croix à son sommet. La tour ouest possède une girouette également fixée à son sommet. La reconnaissance officielle fait référence au contour du sols des deux tours.

Valeur patrimoniale

Les Tours des Sulpiciens / fort de la Montagne a été désignés lieu historique national du Canada en 1970 parce que :
- ces deux tours faisaient partie du fort construit à la fin du XVIIe siècle par M. de Belmont pour les Sulpiciens chargés de la Mission des Indiens chrétiens, voisine de Notre-Dame-des-Neiges;
- la tour ouest servit d’école à Marguerite Bourgeoys et celle de l’est, de logement pour les filles de la Congrégation.

Vers 1676, les Sulpiciens, seigneurs de l’Île de Montréal, fondèrent une mission, appelée la mission de la Montagne, afin d’y instruire les Autochtones et de les convertir à la religion catholique. Pour ce faire, ils construisirent un fort de charpente. En 1681, M. François Vachon de Belmont fut nommé supérieur de la mission dénombrant plus de 200 Iroquois, Hurons et Algonquins vivant alors dans des cabanes dans le fort.

Un fort en pierre, construit en 1694, protége cette nouvelle Mission. Celui-ci est composé de quatre tours reliées entre elles par un mur d’enceinte défensif en pierre. Même si les tours possèdent des meurtrières, en raison de la fonction militaire initiale du fort, celle-ci est uniquement dissuasive car les meurtrières n’auraient jamais été utilisées à cette fin. En effet, les soeurs de la Congrégation de Notre-Dame utilisaient la tour sud-ouest comme école et celle du sud-est comme résidence pour les filles de la Congrégation. Avec le départ progressif des Amérindiens entre 1692 et 1705, la tour sud-est est transformée en chapelle (1824) et les tours nord-ouest et nord-est du fort de la Montagne sont alors démolies.

Sources : Commission des lieux et monuments historiques du Canada, Procès-verbaux, 1970; novembre 2008.

Éléments caractéristiques

Parmi les éléments clés contribuant à la valeur patrimoniale du lieu notons :
- l’emplacement d’origine des tours, soit sur l’actuelle rue Sherbrooke Ouest au centre-ville de Montréal, au Québec;
- sa situation en avant du collège de Montréal;
- la forme et la volumétrie circulaire des deux tours hautes de 13 mètres;
- la construction en pierre des tours, percée de meurtrières, originellement partie intégrante du fort de la Montagne;
- les toits de forme conique hexagonal couvert de bardeaux de cèdre, et doté d’une croix à son sommet;
- les fenêtres et les portes vitrées à carreaux multiples;
- la girouette fixée au sommet de la tour ouest;
-la relation spatiale entre les deux tours et les vestiges architecturaux du fort identifiés, y compris des sections des courtines, des fondations de la chapelle et du perron en fer à cheval et d’une voûte de la résidence;
- les vues depuis le site, vers l’emplacement d’origine du fort de la Montagne.

Reconnaissance

Juridiction

Fédéral

Autorité de reconnaissance

Gouvernement du Canada

Loi habilitante

Loi sur les lieux historiques nationaux

Type de reconnaissance

Lieu historique national du Canada

Date de reconnaissance

1970/06/08

Données sur l'histoire

Date(s) importantes

s/o

Thème - catégorie et type

Catégorie de fonction / Type de fonction

Actuelle

Loisirs
Site historique ou d'interprétation

Historique

Défense
Installation de défense militaire

Architecte / Concepteur

s/o

Constructeur

s/o

Informations supplémentaires

Emplacement de la documentation

Direction générale des lieux historiques nationaux, Centre de documentation, 5ième étage, salle 89, 25, rue Eddy, Gatineau, Québec

Réfère à une collection

Identificateur féd./prov./terr.

661

Statut

Édité

Inscriptions associées

s/o

RECHERCHE DANS LE RÉPERTOIRE

Recherche avancéeRecherche avancée
Trouver les lieux prochesTROUVER LES LIEUX PROCHES ImprimerIMPRIMER
Lieux proches