Home / Accueil

Gare Windsor

1100, Rue De La Gauchetière Ouest, Montréal, Quebec, H3C, Canada

Formally Recognized: 2009/02/12

Gare Windsor; Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, Sylvain Lizotte, 2008
Vue avant
Gare Windsor; Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, Sylvain Lizotte, 2008
Vue avant
Gare Windsor; Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, Sylvain Lizotte, 2008
Vue avant

Other Name(s)

Gare Windsor
Gare de Montréal
Gare ferroviaire du Canadien Pacifique

Links and documents

Construction Date(s)

1969/12/31

Listed on the Canadian Register: 2009/08/20

Statement of Significance

Description of Historic Place

La gare Windsor, classée monument historique, est un ancien terminus de chemin de fer et siège social de compagnie ferroviaire. L'imposant bâtiment formant un plan en « U » est de style néoroman richardsonien. La partie initiale a été construite de 1887 à 1889, et les ailes ont été ajoutées en 1900 et de 1909 à 1914. La désignation inclut l'enveloppe extérieure (soit l'édifice Price, l'aile Maxwell, l'aile Painter et la salle des pas perdus), certains éléments de l'intérieur (soit le vestibule, la pièce adjacente et le corridor menant à la salle des pas perdus de l'édifice Price, le vestibule de l'aile Maxwell, le vestibule d'angle de l'aile Painter et sa cage d'escalier ainsi que la salle des pas perdus) et la cour intérieure avec deux abris de type Bush.

Les façades sont rythmées par des arcades surmontées d'une arcature en plein cintre, de grandes lucarnes pendantes à pignon découvert et des tourelles polygonales. L'édifice Price (1887-1889) est dominé par une tour de huit étages. L'aile Maxwell se distingue grâce à son porche monumental (1900). L'aile Painter, en forme de « L », comprend une tour de quinze étages : l'entrée principale est aménagée sur un pan coupé surmonté d'un attique de plan circulaire coiffé d'un toit conique (1912). La salle des pas perdus (1913) est remarquable avec son toit de verre et sa façade vitrée donnant sur la cour intérieure. Elle est précédée d'un abri de type Bush. Un abri semblable borde le côté sud de la cour. Celle-ci comprend un aménagement paysager évoquant les anciennes voies ferrées.

La gare Windsor s'élève à l'angle sud-ouest de l'ensemble formé par le square Dorchester et la place du Canada. Elle se situe dans l'arrondissement municipal de Ville-Marie de la ville de Montréal.

La gare inclut cinq biens culturels classés, soit les deux horloges suspendues, le tableau d'affichage et le monument commémoratif « L'Ange de la Victoire » de la salle des pas perdus ainsi que l'horloge du portail de l'aile Painter.

Heritage Value

La valeur patrimoniale de la gare Windsor repose sur son intérêt historique. Cette gare est associée à l'une des plus importantes compagnies de chemin de fer du Canada, le Canadien Pacifique (CP). Fondé en 1881, le CP a construit le premier chemin de fer transcanadien. La gare Windsor est érigée de 1887 à 1889 afin de servir de terminus et de siège social à la compagnie. Les ajouts, en 1900 et de 1909 à 1914, des ailes Maxwell et Painter ainsi que de la salle des pas perdus témoignent de l'expansion de cette dernière. En tant que principale gare ferroviaire de Montréal, l'édifice a contribué à faire de la ville la métropole économique et la plaque tournante du transport, de l'industrie et du commerce au Canada pendant un siècle. La gare a été le point de départ de nombreux immigrants désireux de coloniser l'Ouest. Elle a également servi au transport des troupes et du matériel militaire au cours des deux guerres mondiales. Elle symbolise ainsi le prestige du CP et sa place dans l'imaginaire québécois et canadien, de même que la prospérité de Montréal au tournant du XXe siècle.

La valeur patrimoniale de la gare repose également sur son intérêt architectural. Il s'agit du premier bâtiment public et de l'un des plus beaux exemples de style néoroman richardsonien au Québec. Henry Hobson Richardson (1838-1886), un architecte important aux États-Unis à la fin du XIXe siècle, a réinterprété l'architecture romane des XIe et XIIe siècles. Ses oeuvres ont inspiré son compatriote Bruce Price (1845-1903), concepteur du corps initial de la gare et l'un des principaux diffuseurs du néoroman au Canada. Les ailes dessinées par le Montréalais Edward Maxwell (1867-1923) et l'ingénieur en chef du CP Walter Scott Painter (1877-1957) s'harmonisent avec l'édifice Price et en reproduisent plusieurs éléments. Les volumes et les détails architecturaux massifs de la gare, l'emploi de la pierre à bossage rustique, les éléments décoratifs, de même que le rythme créé grâce aux larges ouvertures cintrées, aux grandes lucarnes à pignon découvert, aux tours et aux tourelles, illustrent le style néoroman richardsonien. Conçue par des architectes renommés, la gare Windsor a marqué le début de l'influence prépondérante de l'architecture étatsunienne au Québec et au Canada.

La valeur patrimoniale de la gare repose aussi sur sa représentativité en tant que terminus ferroviaire métropolitain. Au tournant du XXe siècle, les gares des grands centres nord-américains présentent une architecture monumentale et élaborée qui s'inscrit dans les styles en vogue. En plus des installations ferroviaires (voies, château d'eau pour alimenter les locomotives à vapeur, salles d'attente, bureaux d'immigration), elles regroupent plusieurs services, dont des espaces de bureaux et des commerces. La gare Windsor témoigne de sa double fonction de gare et de siège social du Canadien Pacifique par son implantation à proximité du square Dominion (aujourd'hui square Dorchester et place du Canada), l'un des hauts lieux de Montréal. Elle symbolise, tant par sa conception intérieure que par son aspect extérieur, l'importance et la stabilité de la compagnie. Par ailleurs, la salle des pas perdus, les abris de type Bush et les grandes aires de circulation sont typiques des infrastructures ferroviaires du début du XXe siècle, qui ont dû se moderniser avec l'arrivée des trains express de luxe et des trains de banlieue. La gare Windsor est représentative des équipements urbains prestigieux érigés dans les grandes villes nord-américaines au tournant du XXe siècle et figure aujourd'hui parmi les icônes du patrimoine montréalais.

Source : Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec, 2009.

Character-Defining Elements

Les éléments clés de la gare Windsor comprennent, notamment :
- son implantation à l'angle sud-ouest de l'ensemble formé par le square Dorchester et la place du Canada;
- son volume imposant formant un plan en U;
- ses matériaux, dont le parement, les bandeaux et les extrados en pierre bouchardée ou à bossage rustique, le parement en brique rouge à l'arrière, les couvertures en ardoise ou en cuivre ainsi que les portes et les fenêtres en bois;
- ses ouvertures, dont les portails en plein cintre ou à arc surbaissé, les baies à meneaux, les grandes lucarnes pendantes à pignon découvert, les baies vitrées en plein cintre ou à arc surbaissé, les fenêtres rectangulaires ou cintrées à guillotine et les embrasures profondes;
- son ornementation, dont les arcades et les arcatures en plein cintre, les corniches, les colonnes et les colonnettes engagées à chapiteaux cubiques ou à crochets, les tourelles polygonales à toit conique ainsi que les figures, les motifs végétaux et les entrelacs sculptés;
- les composantes intérieures communes, dont les revêtements de calcaire, la mouluration en bois ou en plâtre ainsi que les appareils d'éclairage, les boîtes de courrier et les rampes en laiton.

Les éléments clés de l'édifice Price comprennent, notamment :
- son implantation à une intersection, en bordure de la voie publique;
- son volume, dont le plan rectangulaire, la tour carrée de huit étages couronnée d'un mâchicoulis, la partie au nord de la tour de quatre étages et demi coiffée d'un toit à croupes, la partie au sud de la tour de cinq étages et demi coiffée d'un toit à deux versants droits et le soubassement dégagé selon la déclivité du terrain;
- les composantes du vestibule, de la pièce adjacente et du corridor menant à la salle des pas perdus, dont l'escalier.

Les éléments clés de l'aile Maxwell comprennent, notamment :
- son implantation à l'ouest de l'édifice Price, en bordure de la voie publique;
- son volume, dont les deux parties de plan rectangulaire à quatre étages et demi, la partie en retrait précédée d'un porche monumental à gâbles surmonté d'une terrasse à balustrade et coiffée d'un toit à deux versants droits et la partie à l'extrémité coiffée d'un toit à croupes;
- les composantes du vestibule, dont le plafond à poutres apparentes et les portes jumelées (vitrées à double vantail et surmontées d'impostes vitrées à arc surbaissé).

Les éléments clés de l'aile Painter comprennent, notamment :
- son implantation au sud de l'édifice Price, à une intersection, en bordure de deux rues;
- son volume, dont le plan en « L » à pan coupé, la tour rectangulaire de quinze étages coiffée de toits à croupes aigus, la partie au nord de la tour à cinq étages et demi et coiffée d'un toit à deux versants droits, la partie au sud de la tour à six étages et demi et coiffée et d'un toit à deux versants droits en façade et d'un toit plat à l'arrière, la façade aménagée sur le pan coupé surmontée d'un attique de plan circulaire à toit conique ainsi que le soubassement d'un ou deux niveaux selon la déclivité;
- l'horloge dorée;
- les composantes du vestibule d'angle et de sa cage d'escalier, dont l'escalier monumental, les voûtes en berceau, les colonnes ainsi que les piliers et les pilastres doriques, les balustrades ainsi que l'horloge.

Les éléments clés de la salle des pas perdus comprennent, notamment :
- son implantation à l'extrémité des anciennes voies;
- son volume, de plan rectangulaire d'un seul étage coiffé d'un toit à croupes en verre;
- ses ouvertures, dont la façade vitrée donnant sur la cour intérieure;
- les composantes intérieures, dont la charpente apparente en métal, les grillages, le monument « L'Ange de la Victoire », le tableau d'affichage en bois, les deux horloges suspendues ainsi que les portes vitrées à double ou triple vantail.

Les éléments clés de la cour intérieure comprennent, notamment :
- les deux abris de type Bush.

Recognition

Jurisdiction

Quebec

Recognition Authority

Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine

Recognition Statute

Loi sur les biens culturels

Recognition Type

Monument historique classé

Recognition Date

2009/02/12

Historical Information

Significant Date(s)

n/a

Theme - Category and Type

Function - Category and Type

Current

Historic

Commerce / Commercial Services
Office or Office Building
Transport-Rail
Station or Other Rail Facility

Architect / Designer

Edward Maxwell

Builder

n/a

Additional Information

Location of Supporting Documentation

Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine. 225, Grande Allée Est Québec (Québec) G1R 5G5

Cross-Reference to Collection

Fed/Prov/Terr Identifier

105370-114454

Status

Published

Related Places

n/a

SEARCH THE CANADIAN REGISTER

Advanced SearchAdvanced Search
Find Nearby PlacesFIND NEARBY PLACES PrintPRINT
Nearby Places