Home / Accueil

Édifice du Morrin College

44, Chaussée des Écossais, Québec, Quebec, G1R, Canada

Formally Recognized: 1981/01/23

Édifice du Morrin College; Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, Pierre Lahoud, 2004
Vue aérienne
Édifice du Morrin College; Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, Marie-Claude Côté, 2003
Vue avant
Édifice du Morrin College; Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, Marie-Claude Côté, 2003
Vue latérale

Other Name(s)

Édifice du Morrin College
Ancienne prison de Québec

Links and documents

Construction Date(s)

1808/01/01 to 1811/12/31

Listed on the Canadian Register: 2007/06/22

Statement of Significance

Description of Historic Place

L'édifice du Morrin College, classé monument historique, est une ancienne prison érigée de 1808 à 1811. L'imposant bâtiment en pierre crépie présente un plan en « T », à trois et quatre niveaux, composé d'un avant-corps central surmonté d'un fronton triangulaire et de deux ailes latérales. Il est coiffé d'un toit à deux versants droits et à croupes. L'édifice du Morrin College se situe en milieu urbain, sur un terrain comportant une forte dénivellation, au coeur de l'arrondissement historique de Québec. Un site archéologique militaire inscrit à l'Inventaire des sites archéologiques du Québec est associé au lieu.

Heritage Value

La valeur patrimoniale de l'édifice du Morrin College repose sur son intérêt architectural. L'immeuble, construit de 1808 à 1811, est un exemple d'édifice de style palladien. Inspiré de l'oeuvre d'Andrea Palladio (1508-1580), le palladianisme fait école en Angleterre entre 1720 et 1770 et est introduit dans le Bas-Canada au tournant du XIXe siècle. Le gouvernement l'adopte pour la construction de ses édifices publics afin de marquer la présence britannique et de matérialiser la permanence et la puissance des institutions coloniales. L'édifice du Morrin College illustre ce style par sa maçonnerie de pierre crépie, son plan comportant peu de décrochements, l'ordonnance symétrique des éléments, le toit à deux versants droits et à croupes, l'ornementation classique sobre, la composition tripartite de la façade principale ainsi que l'avant-corps à fronton et pilastres. L'extérieur simple dissimule un aménagement plus complexe dû en partie à la dénivellation. Cet édifice est l'une des réalisations palladiennes les plus achevées de Québec.

La valeur patrimoniale de l'édifice repose aussi sur la renommée de son architecte, François Baillairgé (1759-1830). Ce dernier, qui appartient à une dynastie d'artistes et d'architectes, est l'un des principaux architectes québécois du XIXe siècle. En raison de sa formation parisienne, ses réalisations se démarquent de celles plus traditionnelles et standardisées de ses contemporains. Il intègre des apports palladiens et renouvelle l'architecture de son époque. Il réalisera plusieurs oeuvres marquantes au Québec, dont le palais de justice de Québec, maintenant détruit, et la prison de Trois-Rivières.

La valeur patrimoniale de l'édifice repose également sur son intérêt pour l'histoire de l'architecture pénitentiaire. Jusqu'au début du XIXe siècle, l'administration britannique loge le plus souvent ses institutions dans des immeubles existants. Cette construction, qui est la plus ancienne prison commune érigée au Bas-Canada, sera suivie de plusieurs autres au début du XIXe siècle. Son architecture reflète les préoccupations de la société en matière de détention et de réhabilitation et s'inspire des idées du Britannique John Howard (1726-1790). Celui-ci, considéré comme le père de la réforme carcérale britannique, préconise la classification des détenus selon leur âge, leur sexe et l'importance du délit ainsi que l'amélioration des conditions d'hygiène. L'édifice du Morrin College est un témoin majeur de l'application de la réforme carcérale dans le Bas-Canada notamment par l'aménagement des cellules entourant une salle commune, encore visible au sous-sol et dans l'aile droite du rez-de-chaussée.

La valeur patrimoniale de l'édifice repose en outre sur son intérêt symbolique pour la communauté anglophone de Québec. Après la construction de la prison des plaines d'Abraham au début des années 1860, l'immeuble abrite deux institutions anglophones, soit le Morrin College, à partir de 1868, et la Quebec Literary and Historical Society. Le Morrin College, affilié à l'Université McGill, est fondé en 1860 par le docteur Joseph Morrin (1794-1861), maire de Québec à deux reprises. L'institution dispense un enseignement supérieur aux membres de la communauté anglophone jusqu'en 1902. La Quebec Literary and Historical Society, quant à elle, est fondée en 1824 par le gouverneur général, Lord Dalhousie (George Ramsay, 1770-1838). L'immeuble constitue donc un témoin majeur de la présence anglophone à Québec.

La valeur patrimoniale de l'édifice repose enfin sur son intérêt archéologique. L'immeuble occupe le site de la redoute Royale, un ouvrage militaire mis en chantier en 1712 et faisant partie du premier système de fortification en pierre construit à l'ouest de la ville. Les vestiges de la redoute, qui a servi de prison au XVIIIe siècle, témoignent donc du passé carcéral du lieu et du passé militaire de Québec.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Character-Defining Elements

Les caractéristiques de l'édifice du Morrin College liées à son implantation incluent, notamment :
- sa situation au coeur de l'arrondissement historique de Québec;
- la forte dénivellation du terrain.

Les caractéristiques de l'édifice du Morrin College liées à son intérêt architectural incluent, notamment :
- son volume, dont le plan en « T » à trois et quatre niveaux, l'avant-corps central, les deux ailes latérales ainsi que le toit à deux versants droits et à croupes;
- la composition symétrique et tripartite des façades avant et arrière, l'ordonnance régulière des ouvertures et les fenêtres centrales à l'arrière marquant l'emplacement de l'escalier central;
- le portail monumental de la façade principale composé de pilastres, d'un large entablement d'inspiration dorique surmonté d'un fronton triangulaire à oeil-de-boeuf circulaire, d'une porte en retrait entourée de voussoirs et de quatre marches;
- ses ouvertures, dont celles plus petites de l'attique et du soubassement, les fenêtres à guillotine à petits carreaux (certaines en arc surbaissé lorsque vues de l'intérieur), les quatre longues fenêtres à l'arrière du bloc central, la porte en bois à imposte, les oculi des frontons de l'avant-corps ainsi que les lucarnes aux extrémités du toit;
- ses matériaux, dont la maçonnerie en pierre crépie (murs extérieurs, murs de division intérieurs, voûtes du sous-sol), les détails ornementaux en pierre de taille, la couverture en tôle à baguettes et les cloisons intérieures en brique;
- l'ornementation dépouillée, dont les pilastres doriques, les frontons triangulaires, les bandeaux et les triglyphes, les chambranles ainsi que les chaînes d'angle;
- l'aménagement intérieur, dont le hall central de deux étages, la division de l'édifice en deux parties symétriques, les deux grandes salles de part et d'autre dotées de mezzanines aux clôtures et supports décoratifs en métal, les trois escaliers de bois donnant dans le hall et l'escalier à vis de la bibliothèque ainsi que les planchers en chêne.

Les caractéristiques de l'édifice du Morrin College liées à son intérêt historique, symbolique et archéologique comprennent, notamment :
- l'aménagement des cellules entourant une salle commune du sous-sol et de l'aile droite du rez-de-chaussée;
- le plafond voûté du sous-sol;
- les trous des anciens barreaux devant les fenêtres;
- les deux cheminées;
- la présence de la bibliothèque de la Quebec Literary and Historical Society;
- les vestiges archéologiques de la redoute Royale et de la prison ainsi que les portions intactes du site;
- les deux plaques commémoratives en façade, dont celle au-dessus de la fenêtre centrale marquant l'emplacement du gibet.

Recognition

Jurisdiction

Quebec

Recognition Authority

Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine

Recognition Statute

Loi sur les biens culturels

Recognition Type

Monument historique classé

Recognition Date

1981/01/23

Historical Information

Significant Date(s)

n/a

Theme - Category and Type

Function - Category and Type

Current

Historic

Leisure
Library
Education
Post-Secondary Institution
Government
Correctional Facility

Architect / Designer

François Baillairgé

Builder

n/a

Additional Information

Location of Supporting Documentation

Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine. 225, Grande Allée Est Québec (Québec) G1R 5G5

Cross-Reference to Collection

Fed/Prov/Terr Identifier

92687-81418

Status

Published

Related Places

n/a

SEARCH THE CANADIAN REGISTER

Advanced SearchAdvanced Search
Find Nearby PlacesFIND NEARBY PLACES PrintPRINT
Nearby Places